De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

 

Gatha-pochette Renaissance_

« N’oublies pas toutes les premières fois qu’il te reste à vivre… » Ainsi commence ce cinq titres de Gatha : « On a tous besoin d’un virage à prendre, renais de tes cendres ».  Insolite et singulier conseil magnifié par une musique généreusement réfléchie, à la gravité heureuse. Une sorte de paradoxe moderne, comme cet engageant équilibre entre la sonorité du violoncelle, l’instrument principal joué par Gatha, et cet enrobage synthétique nappé qui va donner la couleur et la cohérence de l’ensemble. Un éventail de légèreté sérieuse, difficile à décrire mais si simple à ressentir. « Léo », « Amours Avortées », « Oublie Tout ». Autant de chansons écrin pour une voix saisissante elle aussi, sans chercher à forcer du côté des excès inutiles, mais toujours encline à mener de front des refrains marquants. Si on pense un peu à Claire Diterzi sur « Les Marcheuses De La Nuit », et si un léger passage final de « Renaissance » évoque les effets harmoniques de El Pero Del Mar, l’ensemble ne rougit d’aucune comparaison maladroite et assume un univers remarquable et unique, qui plus est, chanté en français, prouvant que la langue ne nuit en rien à la beauté créative. Le tout réalisé par Tahiti Boy.

 

Gatha Gatha clip Renaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *